Serge Michailof » Publications 2018

Publications 2018

3 interviews donnĂ© a Willagri sur l’agriculture sahĂ©lienne







> « Mali, une guerre sans fin ? » – Revue de la DĂ©fense Nationale Janvier 2018

L’armĂ©e française se trouvera dans une impasse stratĂ©gique au Mali tant que le gouvernement malien restera dans l’incapacitĂ© de rĂ©organiser sĂ©rieusement non seulement son armĂ©e, mais aussi sa gendarmerie, son administration territoriale, son systĂšme judiciaire et finalement l’ensemble de son appareil d’Etat. En 5 ans le rĂ©gime actuel en a Ă©tĂ© incapable. Dans ces conditions beaucoup dĂ©pendra de l’issue des prochaines Ă©lections prĂ©sidentielles maliennes prĂ©vues fin juillet.

> « Mali, comment sortir de l’impasse stratĂ©gique ? » – “The conversation” 12/4/2018

Dans un contexte oĂč l’insĂ©curitĂ© s’étend au centre du Mali, oĂč la force des Nations Unies a fait la preuve de son inefficacitĂ© et les projets europĂ©ens de renforcement de l’armĂ©e (EUTM) et des services de sĂ©curitĂ© (EUCAP) se rĂ©vĂšlent d’une trĂšs faible efficacitĂ©, la force du G5 Sahel sera trĂšs insuffisante pour rĂ©tablir la sĂ©curitĂ©. Une stratĂ©gie gagnante dans le centre du Mali est dĂ©sormais inaccessible sans une reprise en main Ă  la fois des dĂ©cevants programmes de formation europĂ©ens et la reconstruction d’un appareil d’Etat malien sĂ©rieux, tĂąche que le rĂ©gime actuel, engluĂ© dans le clientĂ©lisme et le nĂ©potisme semble incapable de mettre en oeuvre.

> « Le PrĂ©sident Macron met enfin l’aide au dĂ©veloppement au service des pays les plus pauvres » (avec Olivier Lafourcade) – Le Monde 2/4/2018

AprĂšs une loi de finances 2018 trĂšs dĂ©cevante pour l’aide au dĂ©veloppement destinĂ©e aux pays les plus pauvres, marquĂ©e par une poursuite de l’accroissement des dotations aux institutions multilatĂ©rales et europĂ©ennes et une stagnation des ressources en dons projet, le dernier CICID (comitĂ© interministĂ©riel pour la coopĂ©ration internationale et le dĂ©veloppement) marque enfin un vrai virage. Il reconnait la nĂ©cessitĂ© pour les pays les plus pauvres, en particulier au Sahel, de bĂ©nĂ©ficier de ressources significatives en dons qui permettront enfin Ă  l’aide française de participer Ă  l’effort international et de mieux valoriser son expertise. Les ressources projet sous forme de dons seront en effet portĂ©es de 200 milliions Ă  1 milliard d’euros pour 2019 et les montants consacrĂ©s Ă  notre aide bilatĂ©rale seront progressivement rĂ©Ă©quilibrĂ©s vis Ă  vis des transferts consacrĂ©s aux institutions multilatĂ©rales et europĂ©ennes. C’est un virage majeur attendu de longue date pour lequel nous plaidions jusqu’ici en vain qui est enfin engagĂ© !

> Africanistan, de Serge Michailof : de l’impĂ©rieuse nĂ©cessitĂ© d’ĂȘtre lucide
 pour agir

Recension de mon livre Africanistan rĂ©digĂ©e par Mr Brunet publiĂ©e le 4 avril 2018 dans la revue « Alternatives Humanitaires ».

> « For safety and security in Niger solutions must flow upstream » « The Hill » 24 juin 2018

Cet Ă©ditorial rĂ©digĂ© avec Malcom Pott et Alisha Graves de l’UniversitĂ© de Californie Berkeley met l’accent sur le facteur dĂ©mographique dans la montĂ©e de l’insĂ©curitĂ© au Sahel et sur l’importance de l’éducation des filles et de la contraception dans la stabilitĂ© future du Niger et de toute la rĂ©gion. Il rappelle le faible coĂ»t des programmes de planning familial en comparaison du coĂ»t des opĂ©rations militaires. Les actions permettant de freiner la folle croissance dĂ©mographique du Sahel sont essentielles non seulement pour la stabilitĂ© de cette rĂ©gion mais aussi pour celle du monde.

> « Le défi du renforcement des institutions publiques sahéliennes » {note publiée par la FERDI)

Et version en Anglais : « The challenge of strengthening public institutions in the Sahel”

Cette note part du constat de l’extraordinaire fragilitĂ© des institutions publiques des pays dits fragiles ou en crise. Elle rĂ©sume l’expĂ©rience acquise par l’auteur au cours de 12 annĂ©es de conseil auprĂšs d’institutions publiques et d’appareils d’Etat en grande difficultĂ© dans des pays aussi divers que l’Afghanistan, le Cambodge, le Liban, Madagascar, le Niger, les Comores et la RDC. Elle prĂ©sente les divers modes classiques d’intervention des bailleurs, explique les raisons de leur Ă©chec et prĂ©sente au profit du Sahel les approches susceptibles de donner des rĂ©sultats significatifs rapides si le pouvoir politique est prĂȘt Ă  accepter les contraintes liĂ©es Ă  l’abandon du nĂ©potisme au profit de systĂšmes fondĂ©s sur le mĂ©rite et l’efficacitĂ©. Diverses approches d’ambition croissante sont envisageables. Elles vont du rĂšglement des problĂšmes transversaux qui affectent la fonction publique, mesure de base trĂšs souhaitable mais Ă  impact modeste, Ă  des approches ciblĂ©es d’ambition limitĂ©e visant Ă  renforcer rapidement certaines fonctions clĂ© au sein de l’administration, ou enfin Ă  la transformation d’un nombre limitĂ© d’administrations en institutions d’excellence.

> « Quelles nouvelles politiques de coopération ? » et « Examen des nouvelles orientations de la politique française de coopération » (notes rédigées avec Olivier Lafourcade et publiées par la FERDI).

Ces deux notes, la premiĂšre brĂšve et la seconde dĂ©veloppĂ©e prĂ©sentent les nouvelles orientations de la politique française de coopĂ©ration telles qu’elles dĂ©coulent de la rĂ©union du Cicid du 8 fĂ©vrier 2018. Cette rĂ©orientation est majeure et trĂšs positive. La note dĂ©taillĂ©e reprend les critiques formulĂ©es de longue date vis-Ă -vis de la politique antĂ©rieure, critiques que nous avions prĂ©sentĂ©es Ă  l’équipe du PrĂ©sident Macron avant et aprĂšs l’élection prĂ©sidentielle. Cette note rappelle l’inadaptation de la loi de finances 2018 qui se prĂ©sente « business as usual », en contradiction avec les dĂ©clarations de l’étĂ© 2017 du prĂ©sident de la rĂ©publique. Les grandes lignes de la rĂ©forme reposent sur un accroissement important de l’effort financier sous forme de dons en particulier au bĂ©nĂ©fice des pays du Sahel, et une meilleure rĂ©partition future des ressources additionnelles entre bilatĂ©ral et multilatĂ©ral. Certes la contradiction entre la loi de finances et les conclusions du Cicid demeurent mais des corrections Ă  la marge permettront d’attendre la loi de finances 2019. La note prĂ©voit l’accroissement prĂ©visible des interventions de l’AFD au Sahel aprĂšs 2018, et prĂ©sente les omissions qui subsistent dans les conclusions du Cicid : omission de l’importance de la consolidation des institutions en particulier rĂ©galiennes, omission du problĂšme du financement de la sĂ©curitĂ© des pays en crise, omission de l’importance du dĂ©veloppement agricole et local, omission des questions dĂ©mographiques. Au total il s’agit d’une excellente rĂ©orientation de notre politique de coopĂ©ration mĂȘme si d’importantes questions sectorielles restent Ă  prĂ©ciser et dĂ©velopper.

> « Les nouveaux objectifs de dĂ©veloppement durable sont-ils adaptĂ©s au cas des pays les plus fragiles ? « ExposĂ© fait Ă  l’Institut Agronomique National – Mai 2018

Interviews

‱ « Terrorisme au Sahel, dans 5 ans il sera trop tard » – In “Entretiens Eurafricains”, janvier 2018

‱ « Il faut redĂ©finir les prioritĂ©s de l’aide au dĂ©veloppement » – In “La Croix”, 25/1/2018

‱ « Y a-t-il de plus en plus de migrants africains qui viennent en Europe » – La Croix, 17 juillet 2018

‱ « Quel bilan peut-on tirer du mandat d’IBK sur les plans sĂ©curitaire, Ă©conomique et politique ? » – Le journal du dimanche, 29 juillet 2018

> « L’Afrique Ă©mergente est-elle une fable ? » – Atlantico, 31 aout 2018